* Pâtisserie L 'églantine rêves réalisés du Gourmet *
  Souvenirs succulents des civilisations andalouses et ottomanes de Tunisie.

  Kâak Ourka ou bracelets de Zaghouan, le best de la pâtisserie Tuniso_andalouse.
A ce propos, rappelons cette histoire véridique cinq fois centenaire des Kâak el Ouarka (à la feuille):
Juste à la chute de la ville de grenade en 1492, les andalous musulmans et juifs ont été affrontés à cette alternative tragique : abjurer et devenir catholique ou quitter sans délais la péninsule ibérique. L'inquisition exigeant en cas de double refus, la mise à mort.
Les andalous ingénieux, travailleurs et économes s'empressent, en grand secret, d'écouler, en bracelets, leurs bijoux. Puis en une seconde opération recouvrir en un camouflage; bien dosés, sentant bon , bref raffinés, tous ces bracelets, lesquels furent tout au long de l'exode, considérés entant que provisions de bouche.

 
A leur arrivée, notamment en Tunisie et surtout à Zaghouan, ils s'efforcèrent, d'ailleurs avec succés, de continuer à confectionner ces moelleux et divins gâteaux à la feuille "Ouarka"  dont la spécificité la plus redoutée des non-andalous c'est qu'ils s'émiettent au moindre contact dés qu'il y a erreur (ou falsification) dans les dosages et aussi dans la durée et degré de chaleur de cuisson.

"... Enfin, si nos internautes peuvent obtenir, en le commandant d'avance, qu'on leur confectionne un de ces moelleux et divins "Ouarka" (feuilleté d'amandes ou de pistaches), ils n'auront plus grand chose à désirer.."                                                                               Raymond Wagner

La Tunisie touristique économique artistique et littéraire, Numéro spécial p.22
                   
La Baklawa, Pâtisserie royale, pâtisserie des Beys
Les souverains tunisiens, selon les traditions, les adages, les expressions transmises par les membres populaire, passaient pour consommer sans cesse des baklawas.
Par conséquent, l'équipe sportive du bardo créée à l'ombre du palais beylical, sous l'influence déterminante, si non prédominante des princes qui régnaient (mais ne gouvernaient pas) a pour cri et symbole même cette appellation évoquant tout de même un haut degré de dégustation "Baklawa"; de la distinction du raffinement faisant partie de l'art de vivre des tunisiens depuis des siècles - depuis l'arrivée des Ottomans en 1574.